A propos de nous

Notre passion

A) Notre Terroir : Le terroir désigne ici non-seulement les qualités de nos sols, mais aussi les multiples facteurs associés qui nous offrent les conditions exceptionnelles dont nous jouissons pour la culture et le traitement du tabac.

La plantation de tabac de la famille Reyes est située dans la vallée du Yaque, l’équivalent dominicain de la fameuse zone de Vuelta Abajo à Cuba. Le climat y est idéal pour la culture du tabac la plupart du temps car la région reçoit en moyenne 145 cm (65 po) de pluie chaque année, mais l’aspect le plus distinctif, c’est la diminution des précipitations à une moyenne mensuelle de 5 cm (2po) de novembre à mai, couvrant de la croissance jusqu’au séchage des feuilles de tabac. Ces caractéristiques et les riches composants des sols font de la vallée du Yaque un des meilleurs endroits au monde pour cultiver, vieillir, fermenter et sécher le tabac à cigares.

B) Nos feuilles-croissance, séchage, fermentation, sélection et vieillissement.

La culture des plantes de tabac, commence normalement en novembre, quand la saison des ouragans se termine, et les dernières coupes ont normalement lieu en mars.

La saison 2010-2011 a été une des plus prolifiques de ces dernières décennies. L’automne a été chaud et sec de jour, avec des nuits plus fraîches, la rosée matinale n’a commencé qu’à la fin décembre, limitant fortement les moisissures, et il n’a pas plu ni durant les coupes, ni pendant la cruciale période du séchage. La saison des pluies arriva juste à temps pour le commencement des différentes fermentations qui nécessitent de l’humidité, faisant ainsi culminer une saison parfaitement chorégraphiée au niveau du climat.

C) Confection des Puros de Hostos

Tous nos cigares sont élaborés à la main, au cœur du pays du tabac, Santiago de los Caballeros.

Santiago, la deuxième ville en importance de la République Dominicaine avec une population de plus d’un million d’habitants, possède l’environnement parfait pour élaborer des cigares.

Dans cet écrin de presque quatre siècles de savoir-faire et de culture, et de nombreuses familles de “torcedores” qui remontent à plus de cinq générations, nos cigares sont élaborés aux rythmes enivrants du merengue, dans les magnifiques effluves des fins tabacs et du savoureux café dominicain.

La fabrique des Reyes est gérée par Augusto, cadet de Léo, et compte plus de 500 “torcedores”, mais seuls 24 hommes et femmes ont été sélectionnés pour être les artisans des Puros de Hostos.

Après avoir assemble a main chaque cigare selon le savant mélange de feuilles qui lui ont été assignées par le “capataz” (contremaître), l’expert “torcedor’ complète son œuvre d’art en plaçant la cape, une feuille souple délicate et soyeuse. Commence alors une série de contrôles rigoureux de qualité au cours desquels jusqu’à 10 % de nos cigares sont rejetés et leurs tabacs réutilisés dans nos emblématiques emballages, dans lesquels nous utilisons du tabac en vrac pour protéger les cigares à la place des étuis en cellophane.

d) Sélection finale et emballage

Quand nous recevons une commande, la quantité requise de cigares est sortie de nos caves pour les emmener a un processus final de classification par couleur, selon les différents tons des capes.

Plus de 100 cigares sont places côte à côte, pour les réorganiser par groupe de 20 pour assurer l’homogénéité des tons de brun. Notre VP Logistique et Opérations, Jean-Michel Louis, Belge d’origine mais Dominicain de cœur, est responsable de la formation des superviseurs de contrôle de qualité dont la passion est d’assurer qu’à chaque fois où l’on ouvre l’une de nos boîtes, le plaisir offert aux yeux n’aura d’égal que le goût exquis de nos cigares.

Il ne reste plus qu’à placer les anneaux, la fière bague des Puros de Hostos, une éventuelle deuxième bague si le produit est personnalisé. Enfin, la marque caractéristique des Puros de Hostos consiste à placer les cigares bien serrés sur un lit de tabac à l’intérieur d’un boîtier de cèdre, et c’est bien plus qu’un choix esthétique. En dégustation à l’aveugle, je peux facilement distinguer les cigares qui ont été emballés dans du cellophane de ceux qui ont étés emballés dans notre tabac. L’arôme du bois des boites, et tout particulièrement celui du cèdre, infuse lentement les cigares. Je trouve qu’au cours des six premiers mois, les cigares en boîtes de cèdre sont perturbés par la saveur acide du bois. Cette acidité tend à diminuer avec le temps et éventuellement l’harmonie des saveurs retourne au cigare. Cependant, notre choix de disposer les cigares dans notre tabac avec un troisième anneau qui est placé au pied du cigare pour mieux le protéger, contrecarre l’offensive du bois, et réaffirme les saveurs et arômes de nos cigares.

Bien que je recommande de laisser vos cigares au repos dans leur boite pendant un mois, notre choix d’emballage permet à nos cigares de rester parfaitement balancés et savoureux dès leur premier jour en boite.